Les Clous de l'Esplanade (Oulipo)

De atlasmuseum
Aller à : navigation, rechercher

Œuvre

TitreLes Clous de l'Esplanade
Description
Les Clous de l'Esplanade Une promenade des mots est une œuvre conçue par six auteurs de l'Oulipo et mise en place par l'Agence Nicolas Michelin, visible à Rennes en déambulant sur l'esplanade Charles de Gaulle. Elle est composée de 170 clous insérés dans le sol, leur large tête portant un mot à associer aux mots lisibles à proximité pour former des textes selon les contraintes fixées par l'Oulipo. huit entrées permettent de suivre des phrases, à raison d'un mot par clou, celles-ci étant des palindromes. Cinq clous jouent aussi le rôle de pivots pour permettre de suivre différentes voies. Selon Jacques Roubaud, l'utilisation des clous est liée à l'intérêt du groupe pour l'urbain et les passages cloutés, et sont une référence aux clous de François Arago implantés le long du méridien de Paris. Ceux-ci suivent huit branches qui partent du centre de l'esplanade, et qui arrivent sur chacun des quatre côtés de celle-ci. Une neuvième branche part, elle, de l'accès d'un parking souterrain. L'œuvre est inachevée, une ligne se finissant par un clou « à suivre » devant être prolongée lorsque sera ouverte la Cité internationale de Rennes, un bâtiment destiné à l'accueil d'étudiants étrangers. Deux lignes sont prévues.
Date2010
Précision sur les datesL'œuvre est inaugurée le 4 novembre 2010. Une réunion de huit membres de l'Oulipo se tient le même jour : Marcel Bénabou, Paul Fournel, Jacques Jouet, Ian Monk, Frédéric Forte, Michelle Grangaud, Hervé Le Tellier, et Anne F. Garréta, et ils célèbrent alors le « cinquième millénaire de leur groupe ».
Naturepérenne
Programme1%
Contexte de production
Plusieurs contraintes sont imposées, outre le cahier des charges municipal qui impose que la place ne comporte aucun arbre, fontaine, ou banc, l'espace étant voué à accueillir de grandes réunions publiques. Les grandes dates de l'histoire de ville doivent apparaitre dans l'œuvre : 1944 pour la Libération, 1899 pour le procès Dreyfus, 1720 pour l'incendie de Rennes, 1675 pour la Révolte du papier timbré, et 1491 pour le mariage d'Anne de Bretagne sont choisies. L'architecte fixe par ailleurs d'autres contraintes à l'Oulipo, en imposant le principe des branches, tout comme l'espace occupé par l'œuvre : espacement entre les clous, longueur, parcours... L'Oulipo se donne quatre autres contraintes : multiplicité, le texte devant être lisible sur les neuf itinéraires, lisibilité, le texte étant gravé deux fois sur le clou, réversibilité, le texte étant un palindrome, et pertinence, le texte reprenant les thèmes de la rencontre et de la fête4.
Périodeart contemporain
Couleurbronze
InfluencesJan Dibbets
CommissaireAgence Nicolas Michelin

Site

LieuPlace de l'esplanade
VilleRennes
RégionBretagne
PaysFrance
PMRje ne sais pas
Latitude/Longitude48° 06′ 19″ N
1° 40′ 38″ O

Artiste

ATLAS





















Fichier:LesClous 3291.JPG