Écritures d'arbres (Alexandre Hollan)

De atlasmuseum
Aller à : navigation, rechercher

Notice+

La pratique d’Alexandre Hollan, né à Budapest en 1933 et venu s’installer à Paris en 1956, s’articule autour de deux motifs qui se font écho et se déclinent sans cesse : les arbres et les « vies silencieuses » (de still life, ou csendélet en hongrois). Entre paysages et natures mortes, Hollan se ressaisit de ces deux traditions picturales placées au bas de la hiérarchie des genres et remises à l’honneur par l’école de Barbizon puis par les impressionnistes, et les fait dialoguer dans la confrontation de temporalités différentes. Du geste vif de l’esquisse procédant de la longue contemplation de plein air, à la lente application de lavis successifs accumulant une mémoire de la lumière, une même expérience du regard est en jeu, qui vient dérouter un régime de la représentation s’attachant à la transcription d’une forme, au profit de ce que Yves Bonnefoy appelle « la saisie d’une vibration »1.
Les Écritures d’arbres se déployant le long de l’allée centrale de la Bibliothèque Diderot s’inscrivent dans ce même cheminement artistique qui vient doublement embrasser son lieu d’exposition, appelant par leur propre support les soieries lyonnaises tandis que les rouleaux donnent la réplique aux livres qu’abrite le bâtiment. Mais si ces ombres d’arbres qui vont proliférant à mesure que l’on s’avance dans la galerie semblent présenter un alphabet demeuré irrésolu, les signes arborés par les toiles opèrent bien plus comme lignes de force, traces sensibles d’une énergie saisie entre le regardeur et son sujet, que comme symboles liés à quelque référent sémiotique. Remotivant la question du langage, du sens et du signe, Hollan nous propose l’éclosion d’un langage muet où l’image renonce à décrire, « image manquante » selon son expression. Dès lors, l’appréhension de l’oeuvre par le spectateur apparaît comme une réactualisation du geste de sa création, cherchant inlassablement à surprendre le mouvement vital de la forme naissant sous le regard.
Cartel détaillé réalisé par Léa Polverini dans le cadre de la master-class « patrimoine artistique de l’ENS de Lyon » 2015 – Histoire de l’art – ARTS / Affaires culturelles.

Œuvre

TitreÉcritures d'arbres
Description
Dans un ensemble de dix rouleaux de soie, l'artiste développe un motif végétal à l'encre noire qui figure progressivement l'ombre des arbres que l'artiste observe dans la nature et par lequel il tend à traduire « la vie secrète ».
Date2000
Naturepérenne
Programme1%
Numéro d'inventaire2016.0.5 (1-10)
État de conservationbon état
Périodeart contemporain
Domainearts graphiques
Couleurblanc, noir
Matériauencre, soie, verre
Techniquesencre sur soie
Hauteur (m)3m
Largeur (m)0,36m
CommanditaireENS Lyon
PropriétaireENS Lyon

Site

LieuÉcole normale supérieure de Lyon
Adresse5 parvis René Descartes
Code postal69007
VilleLyon
DépartementRhône
RégionRhône-Alpes
PaysFrance
Détails sur le site
Bibliothèque Diderot
Accès
Métro et Tram arrêt Debourg
Du lundi au vendredi : 9h-19h
Le samedi : 9h-17h
PMRje ne sais pas
URLs

http://www.ens-lyon.fr/zoom/comprendre-les-oeuvres-d-art-de-l-ens-276275.kjsp?RH=ENS-LYON-FR-evenemen

Latitude/Longitude45° 43′ 57″ N
4° 49′ 58″ E

ATLAS

Construction / installation / Montage





















Fichier:Alexandre hollan 2.jpg